En cette fin de mois de mai, je viens de "fêter" un jour bien particulier... Ce jour où tout a basculé et qui a fait de ma vie un enfer.

Vu comme ça, ça peut paraître un peu énorme - "Tout de suite les extrêmes !" - mais je le dis justement avec le recul. J'ai l'occasion d'y réfléchir énormément le soir dans mon lit mais également lorsque j'avais besoin de me changer les idées et que, justement, je le faisais avant, en étant en selle.
J'ai eu le déclic un jour en regardant une vidéo de cross en caméra embarquée. Avant ce fameux jour, je souriais et ressentais pratiquement les sensations en selle. C'était le bonheur ! J'avais envie de tout tester : les galops sur la plage, les TREC, les randonnées, la voltige...
Là, en regardant cette vidéo, j'étais presque paniquée, j'avais des sueurs froides et je me sentais raide, pas bien du tout. J'avais l'impression que le cheval embarquait, que le cavalier allait tomber... En fait, je revivais ma chute. Je revis toujours ma chute !
C'est ça le problème... En résumé, mon cerveau et mon corps ont enregistré l'information "Monter -> Cheval qui va embarquer -> Chute... -> Douleurs !!"

Concrètement, qu'est ce qu'il en est ? Quelle est l'avancée ?
J'ai essayé d'énormément en parler avec des cavaliers. J'avais besoin d'extérioriser, de pouvoir échanger sur ce sujet, d'avoir des avis, des conseils. Pour la plupart, j'ai malheureusement bien compris que ça ne les concernait pas. Comme ils n'ont jamais vécu ce genre de traumatisme, ils n'écoutent que d'une oreille, et encore. D'autres paraissaient peinés, me comprenaient, mais ce n'est pas facile de conseiller... "Les conseilleurs ne sont pas les payeurs".
Inutile d'en parler avec des non-cavaliers. J'ai directement droit aux "Mais pourquoi tu continues ? Il est prouvé que l'équitation est le 3e sport le plus mortel..." et je vous passe la suite, je pense que vous la connaissez.
Je me suis dit que j'allais essayer d'en parler à un psy mais je ne me vois pas lui dire "Écoutez, j'ai des problèmes qui me pourrissent la vie mais là, tout ce que je veux, c'est pouvoir remonter à cheval parce que c'est la seule chose qui me fait me sentir bien".
Le coaching équin, ça allait mais... Mais quoi en fait ? Je ne sais pas ! J'ai tenté une leçon à dos de Mylo et une séance de monte à cru style "voltige". J'étais contente, motivée, mais très vite ça s'essouflait, ça disparaissait. Comme tué dans l'oeuf.
Puis les soucis de santé de Chéri de ce début d'année (et qui continuent encore à l'heure actuelle) ne m'ont pas aidée.

Et puis, j'ai discuté avec Steph'...
Elle a directement comprit ce que je vivais, ce sentiment de ne plus y arriver, elle m'a parlé de l'EMDR, initiales de eye movement desensitization and reprocessing c’est-à-dire désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires. Apparemment fort utilisé lors de troubles de stress post-traumatique, comme c'est mon cas. J'ai décidé de tenter de trouver un psy qui pratiquerait ce traitement. Reste plus qu'à le trouver...

Puis, en discutant, nous avons tout naturellement dit que nous allions tester à deux, enfin plutôt à trois avec Mylo, de petites séances en selle.
La première s'est déroulée admirablement bien. Je suis descendue avec des étoiles plein les yeux.
Aujourd'hui, nous avons attaqué une seconde séance...

Steph' a commencé une petite séance en selle avec un Mylo plus que motivé.

20180601_181613
Et puis ce fut mon tour !
J'ai bien moins hésité à grimper sur son dos, même si j'étais un peu stressée quand même.
Premières foulées de pas et... Fou rire !!
Impossible d'expliquer véritablement pourquoi mais j'ai été surprise et je me suis dit "Ho, ça bouge !"
Donc énorme fou rire que j'ai transmis à Steph' et nous voilà à deux à rigoler sans trop savoir pourquoi. On va dire que j'évacuais mon stress.

On trottine un peu, rappel des sensations. J'essaie de ressentir ses foulées, son corps se mouvoir. Je me sens bien, étrangement, je souris. Il accélère par moments mais je ne me sens plus à toucher le 8 sur une échelle de 10 de mon stress... Je frôle le 6 mais comme on papote en même temps, je me focalise sur notre discussion et je sais redescendre la pression.

Je tente quelques mobilisation des hanches et des épaules en selle, toujours tenue par Steph, ma sécurité, mais un peu plus éloignée. On fait aussi un petit reculer et un déplacement latéral. Je réalise à ce moment là à quel point ça me manque !! Non, je dis n'importe quoi, je le savais déjà depuis longtemps mais le ressentir enfin dans tout mon corps, ça me fait tout drôle. Ça me manque et je ne savais pas à quel point. A présent, je sais !

Steph' me conseille que pour les prochaines séances, je vienne avec un petit objectif, un défi, en tête. C'est bête, je le faisais avant, toujours travailler avec un but, mais là je n'y ai pas pensé. Sortir de ma zone de confort, du vert.
Elle me propose de trotter à mes côtés mais cette fois un peu plus espacée que nous. Un mètre trente entre Mylo et elle, me propose-t-elle, je dis deux mètres.
Ce sera ça mon petit défi du jour : trotter en semi-autonomie. Toujours tenue à la longe mais c'est moi qui dirige Mylo, qui décide de m'éloigner de Steph' ou au contraire de laisser Mylo se rapprocher si je ne le sens pas.
L'idée m'enchante totalement, je sors de ma zone de confort et touche à l'orange. Je commence par laisser Mylo trotter à côté de ma coach de remise en confiance et puis je m'éloigne doucement. Et me voilà en quasi automonie... Je savoure ! "C'est moi qui pilote"

Nous terminons avec un petit passage de barres en L pour un peu de maniabilité.
Là encore, Steph' s'éloigne mais tient toujours Mylo en longe. Premier passage top du top. Second passage, il joue un peu à ne pas comprendre, et là où je me serai mise à paniquer un peu, je me surprends à sourire et lui demander quelques pas de reculés, chasser les hanches et on y retourne !

Nous arrêterons là pour aujourd'hui. Autant Steph' que moi sommes ravies de l'avancée dans cet énorme travail de remise en confiance. Je pense qu'elle a trouvé la bonne méthode.
J'ai hâte de retourner à dos de Mylo... !

A présent, reste à me trouver un nouvel objectif.
Je commence à en avoir quelques uns en tête...