Étant en pleines recherches d'une solution face à la réponse de Ice en mode "saut de cabri" dont je vous ai déjà tellement parlé, je me suis dit qu'une demande de conseils sur les groupes Facebook pourrait être intéressante... Avoir une piste ou deux...
A vrai dire, je n'avais pas dans l'idée de suivre les opinions mais je cherchais après quelque chose de percutant... Et ça, pour être percutant, j'ai été servie !

Je me suis retrouvée bête à lire des "Si tu "fais de l'éthologie", tu utilises déjà une cravache/un stick ! Ben la cravache, c'est pareil ! S'il fait mal, tu lui en colles une" (ha heuuu, comment t'expliquer que non, en fait mon stick ne le touchera peut-être qu'en Phase 4, et c'est rare quand je dois y arriver), "Il se fiche de toi / Il a comprit qu'il était le plus fort, fiche lui un bon coup, ça lui ôtera l'envie de recommencer" (Bah oui, parce que c'est bien connu qu'il ne fait ça rien que pour m'embêter, le vilain !)... J'ai aussi eu droit à "Tu n'as pas le niveau, fais toi aider"... A la limite, je préfère encore ce dernier "conseil", même s'il me fait fameusement rire - jaune - puisque s'ils savent apparemment juger du niveau de quelqu'un à travers quelques lignes et une question, ils sont fortiches quand même ! Mais le conseil de se faire aider n'est pas mauvais. Heureusement !

En fait, je me suis retrouvée deux bonnes dizaines d'années en arrière, lorsque j'apprenais à monter en manège.
Certains chevaux étaient "livrés avec la cravache" - "Sinon il avance pas", me disait-on. Je prenais donc la cravache avec moi, bon petit soldat, et puis je ne comprenais pas quoi en faire entre mes mains. D'autres avaient un mors tellement sévère qu'une simple action de main, même légère, et le cheval réagissait au quart de tour. J'ai même appris "le coup de sonnette" en bouche, parfois avec ces mêmes mors, j'en étais choquée mais il semble que j'étais la seule à l'être... C'était "normal" !

Bien des années plus tard, alors que je prenais cours avec Mylo et une nouvelle coach, celle-ci me parle d'éperons dès le premier cours... "C'est gentil mais pour quoi faire ? J'ai pas une jambe vraiment fixe même si je m'améliore"... Elle m'avait alors répondu que c'était comme ça, pour qu'il réagisse plus vite à ma demande. Il fallait également que je change de mors pour un plus sévère. C'est bien madame, merci et au revoir !

Ce qui me perturbe, c'est que bon nombre de spectateurs et équitants de ces manèges et coachs trouvent - presque ? - ça normal... Je veux dire par là que personne ne crie à la maltraitance, personne ne se dit que si le cheval refuse de faire quelque chose, c'est qu'il n'a pas comprit la demande ou alors qu'il a mal (au dos, aux dents, ...). Non, la cravache est banalisée, de même que les éperons et toutes sortes d'enrênements qui bloquent le cheval dans ses mouvements "pour faire joli".
Attention, je ne dis pas que "les éperons, c'est le mal". Sur une jambe fixe, et afin d'obtenir plus de finesse, de légèreté, pourquoi pas. Mais quand je vois des débutants monter avec ça, parfois armés de leur cravache étoile à paillettes, j'ai mal pour le poney. C'est un peu comme mettre un rasoir entre les mains d'un singe...

Parce que oui, en plus, pour banaliser d'avantage la cravache, ils en créent des fantaisistes... Des étoiles, des têtes de cheval, des formes de main et même des petits coeurs. Il y en a de toutes les couleurs en prime. De quoi donner envie à chaque enfant d'avoir sa cravache. 
Quand j'explique que mon stick de dressage me sert à claquer sur le capot des voitures qui nous collent dangereusement en balade ou pour gratter le ventre de mon cheval s'il est attaqué par un taon, je peux vous dire que je fais rire pas mal de monde.
En carrière, j'utilise également mon stick pour chasser les hanches (prolongement de mon bras) lorsque nous travaillons le pivot par exemple. Suite logique de notre travail à pieds. Je ne l'utilise pas "pour frapper".
Ho, j'ai déjà mis une claque de la main à mon cheval parce qu'il m'avait bousculée, renversée ou avait eu une attitude plus que dangereuse avec moi. Je ne suis pas parfaite, mais je réfléchis ensuite au pourquoi de cette réaction et je travaille dans le but que ça ne se reproduise plus.

C'est donc tout naturellement que je n'ai pas souhaité écouter ces "conseilleurs à deux sous" et que j'ai cherché d'autres solutions.
Je souhaite avant tout faire de mes chevaux des compagnons sûrs, qui prendraient autant de plaisir que moi à "bosser" ou balader.

Comme j'aimerais mettre Ice à l'équitation western, je me suis dirigée vers ce que j'appelle "des ranch". Ce sont des centres équestres d'équitation western mais vous comprendrez bien qu'après l'avoir écrit une fois, c'est bon, je résumerai par "ranch".
J'en ai pas loin de chez moi et pour d'autres, j'ai de la route à faire. Ça ne me fait pas peur si je sais que mon cheval y sera bien traité, respecté et travaillé. Mais là encore, j'ai plusieurs dilemmes qui s'offrent à moi : Ceux de l'ancienne école qui n'hésiterons pas à "lui rentrer dans le lard", au risque de le braquer et/ou de le traumatiser. Ceux qui lient l'équitation américaine à l'équitation dite éthologique. Mais pour ces derniers, il ne suffit pas de mettre un licol en corde pour prétendre faire de l'équitation éthologique. Et c'est là que le bât blesse !

Dans mes recherches, quelques ranchs semblent respecter mes conditions et s'avèrent donc intéressants.
Pour l'un d'entre eux, ce n'est même pas un "ranch", c'est un ancien élève de La Cense.
Son approche du cheval m'intéresse énormément et je pense qu'il pourrait régler le problème "cabri" de Ice, puis il connaît les "cerveau gauche extraverti" donc saura me conseiller au mieux, je l'espère. Mais il ne pratique pas l'équitation western, même si ce n'est qu'un détail. Mon ancienne coach de travail à pieds fut une de ses élèves, je connais donc assez bien la méthode et la façon de travailler de cet ancien élève.

Le second est un ranch plus axé western, j'en entends du bien mais je ne les connais pas plus que ça. Quid de leur méthode ? Sur la vidéo du site, je les vois travailler en western et en éthologique mais quelle méthode est utilisée ? Parelli ? La Cense ? de Corbigny ? autres... ? 
J'en ai trouvé un troisième. Celui-ci ne pratique que la monte western et ne semble pas parler d'équitation "éthologique", ou que très légèrement. Je ne connais pas du tout ce "ranch" mais je n'en ai pas entendu de négatif.
Je suis tombée un peu par hasard sur une écurie western du côté de Bruxelles. J'ai tenté une première prise de contact via mail et celle-ci s'est avérés très positive. L'air ne fait pas la chanson, comme on dit, mais ça fait déjà un bon point. Ils pratiqueraient l'équitation western mais pour le travail dit "éthologique", je ne sais pas.
Pour terminer, j'en ai vu deux autres mais j'essaie de ne pas trop me disperser.


Dans tous les cas, il faudra ensuite nous trouver un bon coach en équitation western. Un ami s'est proposé à moi et vu ce qu'il fait, je suis entièrement confiante.

En d'autres termes, je nage dans le flou. Je passerai sûrement mon hiver à compléter mes recherches à ce sujet, tout en travaillant Ice à pieds et faire quelques séances au pas en selle, pourquoi pas, si ça se passe bien.
Dès l'année prochaine, Ice "ira à l'école" ! J'espère que j'aurai enfin arrêté mon choix.

Si vous avez un petit avis à me faire part, des conseils, ou autre, je suis preneuse !!